L'art britannique dans les collections d'Alexandre Vattemare (1796-1864) et dans son Album Cosmopolite.

Author:Oulben, Cecile

Alexandre Vattemare, ventriloque, voyageur, visionnaire

Alexandre Vattemare fut un collectionneur tres representatif d'un XIXeme siecle eclectique et universaliste. Toutefois, sa collection ne presente aucun equivalent dans l'histoire, tant elle prend la courbure de la vie unique et originale de son detenteur. Avant d'aborder sa collection d'art britannique, une breve presentation de ce personnage extraordinaire mais oublie par l'histoire s'impose. (1) Il fut d'abord le plus celebre mime et ventriloque de son temps, et se produit ainsi dans 550 villes d'Europe (de l'Irlande a la Russie), devant 3 empereurs, 28 rois et des milliers de spectateurs emerveilles. L'artiste a recueilli dans un volume tous les articles de presse qui lui ont ete consacres, (2) autant de temoignages de son talent hors du commun (il jouait a lui seul jusqu'a 36 roles et changeait 69 fois de costume dans une seule representation).

Sa carriere nomade fut aussi l'occasion pour lui de satisfaire sa curiosite et son gout pour les arts: il a decrit avec une extreme precision dans son Itineraire (3) tous les monuments, musees, cabinets de curiosites, et collections privees qu'il a visites. Il acquiert ainsi une riche collection de medailles, autographes, dessins et gravures. Homme d'une grande generosite, il donne bien souvent les recettes de ses spectades pour les pauvres des villes qu'il traverse, et sa collection personnelle n'est qu'une marche vers la collection universelle qu'il poursuivra jusqu'a sa mort. En effet, apres avoir constate dans les bibliotheques et les musees la presence de nombreux exemplaires en double, il decide d'instituer un systeme d'echanges de doubles dont l'ambition majeure, heritee des Lumieres, est de placer le savoir au coeur de l'entente mutuelle des peuples. Ce systeme d'echanges fonctionnera principalement entre la France et les Etats-Unis, ou il se rend a deux reprises. Le Systeme, qui concerne d'abord les livres, prend aussi une dimension encyclopedique : objets scientifiques, specimens d'histoire naturelle, ou encore photographies som echanges. L'UNESCO revendique clairement en 1956 l'heritage du Systeme de Vattemare, (4) qui a pris fin peu apres sa mort en 1864.

Une collection 'particuliere'

A travers l'etude des oeuvres britanniques que possedait Alexandre Vattemare, nous verrons qu'aucun des criteres qui fondent couramment la collection n'intervient ici. A l'unite constitutive de toute reunion d'objets formant une collection, s'oppose chez Vattemare un ensemble d'oeuvres disparates qui ne repond pas a une ligne directrice, habituellement imposee par le gout du collectionneur.

Trois sources principales nous ont permis d'etablir le corpus des oeuvres d'artistes britanniques rassemblees par Vattemare, et malheureusernent dispersees a sa mort par son fils Hippolyte. Le catalogue de vente de sa collection d'autograpbes, (5) qui presente la particularite d'etre constituee pour la plus grande part d'autographes qui lui ont ete personnellement adresses, nous renseigne sur les personnalites qu'il a rencontrees au fil de ses voyages. Le catalogue de vente de ses dessins (6) offre une rubrique 'Ecole anglaise' qui comporte 35 oeuvres de peintres contemporains de Vattemare, tandis qu'on trouve a la rubrique 'Gravure' des oeuvres de peintres anglais anterieurs.

[FIGURE 1 OMITTED]

[FIGURE 2 OMITTED]

L'Album Cosmopolite

La source la plus interessante pour notre propos est l'Album Cosmopolite, (7) que Vattemare fait publier par souscription et en 20 livraisons entre 1837 et 1839: ce bien nomme Album Cosmopolite offre un apercu des plus belles pieces de sa collection d'autographes, de medailles, et de dessins reproduits par la gravure. (8) Le recueil constitue un cas unique dans l'histoire des collections, et une page passionnante pour l'histoire de l'art, comme le souligne l'introduction de l'Album Cosmopolite:

... ce curieux assemblage de dessins divers que nous allons presenter n'a donc rien de commun avec les autres collections de ce gente. En effet, l'Album de Mr Alexandre Vattemare, que les princes et les grands ont pris plaisir a parcourir, se place entierement hors de ligne, et il eut ete impossible a tout autre qu'a lui d'en former un pareil; car ainsi qu'on l'a deja remarque, il est le produit d'une existence aventureuse et vraisemblablement unique. Sa condition d'acteur itinerant lui permit de voyager et de recueillir des oeuvres dans des pays tres divers. Cet album presente ainsi un panorama de l'art officiel de tous les pays d'Europe dans les annees 1820-30, panorama bien different de ce que l'histoire du gout en a retenu: en tete des artistes allemands, figurent les Nazareens et l'Ecole de Dusseldorf, tandis qu'un beau dessin de Delaroche, et un autre de Victor Hugo pour l'Ecole francaise, se distinguent parmi les nombreux paysages hollandais et vues de monuments italiens par des artistes pour la plupart nordiques.

Alexandre Vattemare sejourne une premiere fois en Angleterre, Irlande et Ecosse entre 1821 et 1826, ou il triomphe en tant que ventriloque, puis une seconde fois en 1838, mu cette fois-ci par l'ambition de faire accepter son Systeme d'echange en Angleterre. Il rencontre de nombreux artistes lors de ces deux voyages et recueille des dessins aupres d'eux.

L'Album Cosmopolite fait la part belle aux artistes britanniques, non par la quantite mais par la qualite des oeuvres recueillies le plus souvent directement aupres des artistes. La plupart de ces dessins ne nous sont connus que par la mention de l'artiste et du titre de son oeuvre dans le Catalogue de vente des dessins, comme c'est le cas pour John Prescott Knight, William Mulready, les freres Chalon, William Clarkson Stanfield, David Roberts et bien d'autres.

Vattemare a publie dans l'Album Cosmopolite les dessins les plus aboutis, graves par les 'plus habiles lithographes', (9) quelques medailles reproduites a l'aide du tout nouveau procede Collas (10) et de nombreux autographes. Chaque oeuvre lithographiee est accompagnee d'un commentaire qui nous eclaire parfois sur le mode d'acquisition du dessin original. On apprend par exemple que Vattemare a rencontre Landseer chez Wilkie, et c'est ainsi que le Cerf mourant de Landseer, et une Scene de l'histoire d'Ecosse de Wilkie entrent dans ses collections. Callcott envoie a Vattemare une Vue de Verone, tandis que Pickersgill lui donne une belle aquarelle representant une Femme d'Orient. Les oeuvres de Landseer, Wilkie et Pickersgill sont reproduites dans l'Album par le lithographe Freeman.

C'est a travers l'analyse de ses acquisitions d'art britannique que nous tenterons de degager l'originalite de cette collection par maints aspects unique, si intimement liee a ses voyages et a ses rencontres.

Un collectionneur au long cours

Avant de s'embarquer pour l'Angleterre, Monsieur Alexandre (nom de scene d'Alexandre Vattemare) donne des spectacles dans le Nord de la France de juillet a decembre 1820. Sa collecte de dessins et autographes anglais commence d'ailleurs a Calais: Vattemare nous raconte qu'il y 'a fait la connaissance de M. Cadogan, consul d'Angleterre, et de M. Brummel, (11) ancien favori du roi, lorsqu'il etait Prince regent'. On trouve justement dans le catalogue de vente de ses dessins la mention d'une aquarelle representant de 'Jeunes Grecs' par Cadogan, ainsi qu'une 'Vue de l'hospice de Saint-Bernard. Sepia' par 'Miss Catogan', sa probable parente dont le nom est ici deforme.

Il se produit ensuite a Boulogne-sur-Mer, ou, precise-t-il dans son Itineraire, 'le theatre fut rempli plus qu'il ne l'avait jamais ete', et ajoute: 'il n'y avait presque rien que des Anglais'. De Boulogne-sur-Mer Vattemare conserve d'ailleurs le souvenir dans ses collections: le catalogue mentionne en effet une 'Vue de Boulogne-sur-mer. Etude a l'huile', par un certain 'Capitaine King', dont il y a tout lieu de penser qu'il s'agit du Capitaine John Duncan King, qui expose de nombreuses vues de Boulogne a la Royal Academy (12) en qualite d' 'honorary exhibitor', ainsi qu'a la British Institution. (13) Ce meme artiste est surement l'auteur de la 'Vue du lac de Killarney. Aquarelle' egalement mentionnee dans le catalogue des dessins, car on constate la recurrence de ce motif dans sa production. (14) S'agit-il de la Vue de Flesk-Castle et des lacs de Killarney (Pl 1) publiee dans l'Album Cosmopolite sans mention de l'auteur mais accompagnee seulement du nom du lithographe 'E Dandiran', et dont le commentaire vante 'ce pays enchanteur de la verte Irlande'? Si l'on considere les dates d'exposition de ces oeuvres, Vattemare s'est vraisemblablement procure les deux vues lors de son second sejour en Angleterre, en 1838.

Vattemare semble avoir nourri un interet particulier pour les elans artistiques des capitaines de navire, personnages emblematiques du voyage, pain quotidien de Vattemare. Il ne s'interesse pas seulement a ceux qui, comme King, sont officiellement reconnus par les institutions artistiques: les capitaines Back, Ross et Marryat figurent aussi dans le catalogue de vente des dessins, tandis que le catalogue de vente des autographes mentionne des lettres envoyees par chacun de ces capitaines a Vattemare. Il est fort possible que les dessins lui aient ete envoyes en meme temps que les lettres, sans meme que la rencontre physique ait eu lieu. Comme nous le verrons bientot, le lien epistolaire est un moyen souvent utilise par Vattemare pour collecter directement les oeuvres aupres des artistes.

Le catalogue de vente des autographes signale ainsi la lettre que le 'capitaine Marryat, fecond et celebre romancier anglais' ecrit a Vattemare le 6 octobre 1826 de Sussex-House, Hammersmith. Le Capitaine Marryat (1792-1848) a peut-etre accompagne sa missive de la 'Vue de Gyndusch-Ferry, ile de Ceylan. Sepia' mentionnee dans le catalogue de vente des dessins comme etant de sa main. De la meme facon, le Capitaine John Ross, 'navigateur anglais, celebre par ses decouvertes dans les mers polaires' envoie une lettre...

To continue reading

Request your trial